cinema-midipyrenees Ressources régionales d'éducation artistique et de formation au cinéma et à l'audiovisuel
Ressources

SALLE DE CINEMA L’ATALANTE de GOURDON Programmation ciné mémoire 2015-2016

À propos

CHANGEMENT DE DATE DE LA SÉANCE CINÉ MÉMOIRE DU MOIS DE FÉVRIER :

ELLE AURA LIEU LE VENDREDI 5 FÉVRIER 2016 AU LIEU DU VENDREDI 12 FÉVRIER 2016

SALLE DE CINEMA L’ATALANTE de GOURDON Programmation ciné mémoire 2015-2016

Cette année encore, la salle de cinéma l’Atalante de Gourdon, sous l’impulsion de son comité de programmation, propose à son public une sélection annuelle de films du patrimoine. Cette sélection est pour sept de ses films, le choix de Guy Fillion professeur de cinéma retraité, films qu’il accompagnera lui- même en salle. Le comité de programmation a choisi pour sa part de clôturer ces séances en juin par un film de la tournée Rétro vision de l’ACREAMP. Plaisir de découvrir ou de redécouvrir des œuvres émotionnellement fortes de cinéastes connus ou moins connus, œuvres parfois trop vite oubliées, plaisir de la rencontre intergénérationnelle et du partage de point de vue, approfondissement de la culture cinéma, tels sont les objectifs que la salle propose pour cette année à venir avec cette nouvelle sélection Ciné Mémoire.

Calendrier et programme 2015-2016

Vendredi 9 octobre 2015 à 21h, Charulata de Satyajit Ray, Inde, 1964 A Calcutta, en 1880, alors que son mari la délaisse en raison de son implication dans un journal politique, Charulata se réfugie dans les arts. Se rendant compte de la solitude de la jeune femme, son mari invite son cousin Amal à l’aider dans ses aspirations littéraires... « Charulata, une déflagration de sensualité retenue » J. Mandelbaum, Le Monde, 13/05/2013.

Vendredi 13 novembre 2015 à 21h, L’homme qui tua Liberty Valance de John Ford, Etats-Unis, 1961 1910 au Colorado. Ransom Stoddard, sénateur, se rend au modeste village de Shinbone assister à l’enterrement de son vieil ami Tom Doniphon. Sa présence étonne les habitants. Mais les ruelles sombres de la ville abritent un secret ... « Avec Ford, quelques éléments suffisent : de vieux compagnons de route (John Wayne, Woody Strode), un noir et blanc lumineux, une flambée de personnages secondaires, un humour finement intégré à l’histoire. L’Homme qui tua Liberty Valance contient tout cela à la fois. » Ophélie Wiel, Critikat, 05/08/2014.

Vendredi 11 décembre 2015 à 21h, Fleurs d’équinoxe, de Yasujiro Ozu, Japon, 1958 Wataru Hiriyama est père de deux filles dont Setsuko, l’aînée est en âge de se marier. Alors qu’il porte volontiers un discours progressiste sur le mariage à son entourage, il se trouve soudain confronté à ses propres contradictions. « L’art tout en infimes tremblements du grand cinéaste japonais » Luc Chessel, Les Inrocks, 21/01/2014.

Vendredi 8 janvier 2016 à 21h, Diamants sur canapé, de Blake Edwards, Etats-Unis, 1961 Une croqueuse de diamants cherche à épouser un homme riche alors que son voisin écrivain s’intéresse fort à elle...Blake Edwards a quelque peu adouci la nouvelle de Truman Capote qui était une violente satire de la bourgeoisie new- yorkaise. « Habillée par Hubert de Givenchy, Audrey Hepburn chante « Moon river » et nous enchante dans cette comédie glamour, sophistiquée et tendre. » Virginie Gaucher, Pariscope

Vendredi 5 février 2016 à 21h, L’opération diabolique, « Seconds » de J.Frankenheimer, Etats-Unis, 1966 Arthur Hamilton, banquier quinquagénaire est lassé de la vie qu’il mène. Une mystérieuse organisation lui propose de changer d’identité et de disparaître... pour réapparaitre sous un nouveau visage et débuter une carrière de peintre sur la côte californienne. « C’est l’occasion pour le cinéaste de railler l’émergence de la contre-culture hippie à travers une scène délirante (et un peu longue) d’orgie bachique. Mais aussi de dénoncer les mirages du rêve américain » Samuel Douhaire, Télérama.

Vendredi 11 mars 2016 à 21h, Les Habitants, de Alex Van Warmerdam, Pays-Bas, 1992 Comédie des plus insolites sur la vie des habitants d’un lotissement perdu dans le Nord de l’Europe. « Un ton très personnel, pas loin de l’humour à froid de Kaurismaki, revisité par le surréalisme de Magritte » Le figaroscope.

Vendredi 8 avril 2016 à 21h, Le convoi de la peur, « Sorcerer » de William Friedkin, Etats-Unis, 1977 Nouvelle adaptation du roman de G. Arnaud « Le salaire de la peur ». 4 étrangers de nationalité différente qui ont en commun le fait d’être recherchés dans leur pays respectif sont choisis pour conduire un chargement de nitroglycérine à travers la jungle sud-américaine. « ...Le voyage en camion est tout simplement hallucinant, les scènes dans la forêt sont d’une puissance et d’une densité incroyable, quant aux scènes du pont suspendu, c’est tout simplement parmi les scènes les plus dantesques que l’on ait vu au cinéma tant on se dit que l’équipe technique a dû prendre des risques insensés. Un film, dur, noir, d’un pessimisme total, sans espoir, du très grand cinéma. »

Vendredi 10 juin 2016 à 21h, The Rose, de Mark Rydell, Etats-Unis, 1979 avec le soutien de l’ACREAMP 1969. Mary Rose Foster est une rock star adulée mais épuisée par les tournées sans fin, les nuits sans sommeil, l’alcool et la drogue. Contre l’avis de son manager, elle compte prendre une année sabbatique après un dernier concert qui doit la ramener triomphante dans sa ville natale. « The Rose est considéré comme un objet étrange, voire controversé. Ce biopic déguisé de Janis Joplin demeure avant tout l’un des meilleurs films sur la vie d’un groupe de rock en tournée » Rolling Stone.

Lieu

  • Gourdon, 46

Structure support

Personnes associées

  • ---

Structures partenaires

  • ---

Ressources associées

  • ---

AGIR SUR CETTE FICHE