cinema-midipyrenees Ressources régionales d'éducation artistique et de formation au cinéma et à l'audiovisuel
Ressources

NICE TO MEET YOU MISTER MOGRABI !

À propos

Le Lundi 16 Janvier 2017 à 18H, le réalisateur Avi Mograbi sera présent à la Librairie Terra Nova pour un échange autour de son œuvre. Entrée libre à la Librairie

À la suite de cette rencontre, le cinéaste sera au cinéma American Cosmograph pour un échange avec le public à l’issue de la projection de son dernier film : Entre les frontières à 20h30.

Réservation des places à partir du 07 janvier au Cinéma American Cosmograph. Entrée Libre à la Librairie.

Avi Mograbi

Après des études d’Art et de philosophie, le cinéaste Avi Mograbi ne cesse de questionner la société israélienne depuis plus de 30 ans : à la recherche d’une humanité partagée.

Auteur d’une œuvre alliant l’implication politique à la recherche esthétique, il invente film après film de nouvelles formes documentaires, mettant en jeu et en scène le dispositif de réalisation.

La présence à l’image de son double cinématographique confère à certains de ses longs métrages une tonalité décalée ou un côté burlesque, une tension toujours, entre les aspects dramatiques du réel dont le film témoigne et le recul nécessaire à sa représentation. Cette dialectique est parfois rendue - tendue - par le montage.

Entre les frontières

Le nouveau film d’Avi Mograbi rend hommage au processus de création émancipateur, à l’appropriation d’un projet par ses protagonistes : des demandeurs d’asile érythréens assignés à résidence dans le désert du Néguev et des citoyens Israéliens participent avec le metteur en scène Chen Alon et le cinéaste Avi Mograbi à un atelier inspiré du « Théâtre de l’opprimé ».

D’une mise en abyme à l’autre

L’idée initiale du film était de faire interpréter l’histoire de la grand-mère du cinéaste, fuyant les nazis en 1932, par des demandeurs d’asile en Israël. Aborder ainsi l’Histoire sous l’angle de son histoire familiale. Et mettre en regard l’actualité et une donnée historique : le traitement des réfugiés par le même État qui participa, en 1951 l’élaboration du Traité de Genève.

Chemin faisant, ce projet de mise en abyme s’est transformé au bénéfice d’un nouveau film miroir, laissant davantage de place - à l’image de l’œuvre du cinéaste – à l’émergence du beau lors du passage d’un « je » au « nous ».

Lieu

  • Toulouse, Haute Garonne

Structure support

  • ---

Personnes associées

  • ---

Structures partenaires

  • ---

Ressources associées

  • ---

Documents

AGIR SUR CETTE FICHE